Aller au contenu | Aller à la navigation | Rechercher
logo Sogip

Conférences | CONFÉRENCE SOGIP 2011 : Conférence du Pr. Jon Altman intitulée "Développement alternatif et différence : reconfigurer les relations à l’Etat sur le domaine foncier aborigène", Paris

CONFÉRENCERetour à la liste

CONFÉRENCE SOGIP 2011 : Conférence du Pr. Jon Altman intitulée "Développement alternatif et différence : reconfigurer les relations à l’Etat sur le domaine foncier aborigène", Paris - 24 juin 2011

conférence publique du Pr. Jon Altman, professeur d’anthropologie à la Research School of Social Sciences de l’Australian National University intitulée « Développement alternatif et différence : reconfigurer les relations à l’Etat sur le domaine foncier aborigène ».

Cette conférence organisée par l’équipe SOGIP (ERC 249236), a eu lieu le 24 juin 2011, de 15h à 18h à l’EHESS, Amphithéatre François Furet, 105 bd Raspail, 75006 Paris.

Depuis les débuts de la colonisation en Australie, les conceptions occidentales, et plus récemment néolibérales, des ressources en tant que biens privés à exploiter pour le marché, ont dominé. Aujourd’hui encore, malgré les inquiétudes globales sur le changement climatique, la perte de la biodiversité et la raréfaction des ressources en raison d’une croissance économique non régulée, un modèle autochtone de conservation reste contesté et minorisé. Les politiques publiques sont au mieux incohérentes sur le plan environnemental, au pire perverses et prétentieuses, selon l’écologiste Tim Jackson. Cela est principalement dû au fait que le succès économique de l’Australie repose sur l’exploitation effrénée des ressources minérales et sur un engagement incontesté dans la globalisation néolibérale.

Le domaine autochtone peut être conceptualisé, selon les termes d’Arturo Escobar, comme des « territoires de différence » dans lesquels une manière différente de penser la terre et les ressources prévaut. Aujourd’hui, ce domaine couvre plus de 20% du continent australien (1,7 millions de km2), et englobe des régions qui ont à la fois une haute valeur pour la conservation et un potentiel minier considérable.

Dès lors, comment les autochtones pourraient-ils mobiliser de manière stratégique la Déclaration des Droits des Peuples Autochtones, adoptée par l’Australie en avril 2009 seulement, afin de reconfigurer leurs relations à l’Etat australien à un moment où les politiques autochtones en Australie sont de plus en plus paternalistes et assimilationnistes ? Comment les puissants intérêts de l’Etat et des entreprises pourraient-ils être convertis à de nouvelles manières de penser le domaine autochtone, par delà l’équilibre précaire actuel entre conservation et développement rampant ? Quelles luttes politiques, quelles actions et programmes seraient nécessaires afin de soutenir d’autres modèles de développement ? Enfin, quelles sont les implications théoriques et politiques plus larges de ces controverses sur le développement en Australie ?

Jon Altman est professeur d’anthropologie à la Research School of Social Sciences de l’Australian National University (Canberra, Australie). Formé en économie du développement au département d’économie à l’université d’Auckland, il a mené des recherches sur les questions de développement autochtone en Australie depuis 1976. Entre 1990 et 2010 il fut le directeur fondateur du Centre pour la Recherche sur les Politiques Economiques Aborigènes à l’ANU et fut élu en 2003 membre de l’Académie des Sciences Sociales d’Australie. En 2010, il a coédité avec Melinda Hinkson l’ouvrage Culture Crisis : Anthropology and Politics in Aboriginal Australia (Sydney : UNSW Press). Ses travaux actuels, inspirés des études critiques du développement, portent sur les questions d’hybridité économique et d’écologie politique.

Version imprimable de cet article Version imprimable

CONFÉRENCESite internet
© Sogip - Crédits/légal | Plan du site | Contact | ISSN2260-1872