Aller au contenu | Aller à la navigation | Rechercher
logo Sogip

Multimedia | Vidéos : autour du livre « Peuples autochtones dans le monde »

Vidéos : présentation du livre « Peuples autochtones dans le monde : les enjeux de la reconnaissance » - 2 mars 2015

Les chercheurs du projet SOGIP présentent leur contribution à l’ouvrage "Peuples autochtones dans le monde : les enjeux de la reconnaissance"

Date de production : 2014
Version(s) : Français

Responsable scientifique : Irène Bellier
Prise de vues, son, réalisation : Myriam Méder
Montage, infographie, réalisation : Arghyro Paouri - CEM/iiAC
Coordination : Marion Dupuis
Musique : Chant de l’American Indian Movement - AIM Song Groupe Blackfire / Jones Benally Family
Une production : CNRS - SOGIP - LAIOS / IIAC

Les chercheurs du projet SOGIP – échelles de gouvernance et peuples autochtones -subventionné par le Conseil européen de la recherche (ERC 249236) et sous la responsabilité de Irène Bellier, directrice de recherche au CNRS - présentent leurs contributions au livre "Peuples Autochtones dans le monde. Les enjeux de la reconnaissance". Ce livre qui rassemble 21 auteurs sur quatre continents, ouvre dans une perspective historique, une réflexion sur les articulations du social, du politique et du juridique qui éclairent l’ouverture d’un espace global de reconnaissance des peuples autochtones ainsi que les évolutions que l’on observe aux plans régional ou national.

RECONNAISSANCE INTERNATIONALE DES PEUPLES AUTOCHTONES

Ce film introduit le contexte de publication de l’ouvrage collectif « Peuples autochtones dans le monde : les enjeux de la reconnaissance » qu’Irène Bellier a coordonné aux éditions L’Harmattan, en 2013 (introduction de l’ouvrage). Il fait référence à l’internationalisation de la question des droits des peuples autochtones et pose la problématique de la reconnaissance dans une perspective historique et comparative. En effet, depuis l’adoption en 2007 de la Déclaration des Nations unies, les peuples autochtones bénéficient d’une reconnaissance internationale de leur droit à disposer d’eux-mêmes. Quel impact cela a t-il au niveau des Etats, et de ces peuples ? La première partie du livre présente les enjeux politiques des catégories. Elle dresse un état des lieux des manières dont les populations indigènes, aborigènes, tribales, qui ont reçu différents noms, se retrouvent sous l’expression « peuples autochtones ». La seconde partie montre ce que le droit fait au politique ; l’importance de la loi, au sens majeur du terme. Elle évoque les conditions de possibilités d’un respect local des droits reconnus au niveau international.

Irène Bellier est anthropologue, Directrice de recherches au CNRS, Directrice du Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales (iiAC/LAIOS) et responsable scientifique du projet SOGIP.

TELECHARGER LE CHAPITRE (PDF)

PDF - 2.8 Mo
Reconnaissance internationale de Peuples autochtones (PDF)

Mots-clés : Peuples autochtones, Peuples indigènes, autochtonie, ONU, Nations unies, Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, droit international, droits humains, droits de l’homme

PEUPLES AUTOCHTONES EN AMÉRIQUE LATINE

Ce film présente le chapitre dédié à la problématique des peuples autochtones en Amérique latine issu de l’ouvrage collectif « Peuples autochtones dans le monde : les enjeux de la reconnaissance », dirigé par Irène Bellier et publié chez L’Harmattan en 2013. Des particularités de la région latino-américaine sont mises en relief : dans ce sous-continent où l’indien s’est souvent retrouvé au centre des politiques et des imaginaires politiques et a été inscrit de manière quasi-permanente dans l’agenda public, le phénomène de l’autochtonie a été façonné par – et témoigne de – une série de ruptures historiques et des décalages nationaux qui ont eu un impact sur sa configuration. L’Amérique latine est la seule région du monde dont la plupart des Etats ont ratifié la Convention 169 de l’OIT ; elle est caractérisée par une jurisprudence régionale progressiste, et de riches développements juridiques. La mise en place des nouveaux instruments constitue cependant le grand défi latino-américain quant au véritable respect des droits des peuples autochtones.

Leslie Cloud est juriste et membre du projet SOGIP (iiAC/LAIOS, EHESS). Elle consacre actuellement un doctorat en droit public à l’IHEAL (Université Sorbonne nouvelle-Paris3) à la reconnaissance des droits des peuples autochtones au Chili. Ses recherches portent sur les droits des peuples autochtones, leur histoire juridique, les juridicités et les modes de gouvernance autochtones.

Verónica González González a obtenu un doctorat en Sociologie de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine (IHEAL, Université Sorbonne nouvelle-Paris3). Elles est post-doctorante pour le projet SOGIP (iiAC/LAIOS, EHESS). Ses recherches portent sur le rôle des organisations internationales (notamment l’ONU) dans la mise en place des droits des peuples autochtones au Mexique.

Laurent Lacroix est sociologue, titulaire d’un doctorat à IHEAL (Université Sorbonne nouvelle-Paris3). Depuis 1997, il travaille sur l’interaction entre les mouvements autochtones et les politiques multiculturalistes en Amérique latine, plus particulièrement en Bolivie. Membre de l’équipe SOGIP (iiAC/LAIOS, EHESS), il mène ses recherches sur la construction des Etats dits « plurinationaux », de Bolivie et d’Equateur, qui sont censés accorder une place centrale aux peuples autochtones dans la refondation politique, institutionnelle et territoriale de l’Etat.

TELECHARGER LE CHAPITRE (PDF)

PDF - 884.8 ko
Peuples autochtones en Amérique latine (PDF)

Mots-clés : Peuples autochtones, Peuples indigènes, Amériques, Amérique Latine, Amérindien, Indien, Bolivie, Chili, Argentine, Mexique, multiculturalisme, Convention 169 de l’OIT, Organisation Internationale du Travail, droits autochtones, droits humains, droit international

LES AUTOCHTONES DE LA RÉPUBLIQUE

Ce dilm qr˩sente le chapitre dédié aux « Autochtones de la République » : Amérindiens, Tahitiens et Kanak, issu de l’ouvrage collectif « Peuples autochtones dans le monde : les enjeux de la reconnaissance », dirigé par Irène Bellier et publié chez L’Harmattan en 2013. L’intervention à deux voix évoque la genèse et les transformations des revendications émises au nom de l’autochtonie au sein de trois collectivités d’outre-mer françaises – Guyane, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française – par les mouvements amérindien, kanak et ma’ohi. Elle souligne les différentes configurations de l’autodétermination qui se jouent dans ces trois territoires depuis les années 1980. Si les Amérindiens ont été les premiers, au sein de la République, à demander une décolonisation par l’octroi de droits autochtones, en revanche le débat politique en Polynésie et Nouvelle-Calédonie est essentiellement structuré autour de la question de l’indépendance. De nos jours, la dynamique autochtone amérindienne tend à s’essouffler mais, inversement, de nouvelles stratégies kanak et ma’ohi émergent qui utilisent le registre de l’autochtonie politique, en dehors de la problématique indépendantiste.

Stéphanie Guyon est maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Picardie Jules Verne, membre du Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (CURAPP).

Benoît Trépied est anthropologue, chargé de recherche au CNRS, membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS).

Respectivement spécialistes des enjeux politiques et sociaux en Guyane (S. Guyon) et en Nouvelle-Calédonie (B. Trépied). Ils mènent des enquêtes ethnographiques et historiques approfondies depuis le début des années 2000, et participent aux activités de l’équipe SOGIP.

TELECHARGER LE CHAPITRE (PDF)

PDF - 819.3 ko
Les autochtones de la République (PDF)

Mots-clés : Peuples autochtones, Peuples indigènes, autochtonie, Guyane, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, amérindien, kanak, ma’ohi, autodétermination, droits autochtones

PEUPLES AUTOCHTONES DANS LE PACIFIQUE

Ce film présente le chapitre dédié à la problématique de l’autochtonie dans le Pacifique, issu de l’ouvrage collectif « Peuples autochtones dans le monde : les enjeux de la reconnaissance », dirigé par Irène Bellier et publié chez L’Harmattan en 2013. Il présente l’Australie et la Nouvelle-Zélande comme des cas exemplaires de l’autochtonie politique au sens du droit international des peuples autochtones. Deux autres exemples sont ensuite mobilisés pour montrer les ambivalences du registre de l’autochtonie quand il entre en contradiction avec un projet indépendantiste (Hawaii) ou quand il est convoqué pour conforter une structure coloniale des rapports sociaux (Fidji).

Martin Préaud est anthropologue, titulaire d’un doctorat dans 2 universités, en France et en Australie (EHESS-James Cook University). Il travaille en Australie aborigène depuis 2002. Il participe au programme SOGIP du Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales (iiAC/LAIOS, EHESS) et est membre du Laboratoire International Associé TransOceanik porté par le Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France.

TELECHARGER LE CHAPITRE (PDF)

PDF - 891.5 ko
Peuples autochtones dans le Pacifique (PDF)

Mots-clés : Peuples autochtones, Peuples indigènes, autochtonie, Pacifique, Océanie, Aborigènes, Maori, Australie, Nouvelle-Zélande, Fiji, Hawaï

PEUPLES « AUTOCHTONES » DANS LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

Ce film introduit le chapitre dédié à la problématique des peuples autochtones en Fédération de Russie, issu de l’ouvrage collectif « Peuples autochtones dans le monde : les enjeux de la reconnaissance », dirigé par Irène Bellier et publié chez L’Harmattan en 2013. Il présente l’évolution de la conception des peuples autochtones en Russie, de la conquête de la Sibérie par la Moscovie jusqu’à aujourd’hui. La chronologie met en lumière les évolutions culturelles, idéologiques et politiques qui ont entraîné des perceptions et des traitements particuliers de groupes aujourd’hui désignés comme les « peuples autochtones numériquement faibles » du Nord, de la Sibérie et de l’Extrême Orient russe.

Yves-Marie Davenel est anthropologue. Il est manager du programme SOGIP et chercheur associé au Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales (iiAC/LAIOS, EHESS).

TELECHARGER LE CHAPITRE (PDF)

PDF - 799.9 ko
Peuples "autochtones" dans la fédération de Russie (PDF)


Mots-clés : Peuples autochtones, Peuples indigènes, législation, Fédération de Russie, Sibérie

REMERCIEMENTS : Sylvain Duez-Alessandrini, Patrick Kulesza, Jacqueline Nivard, Françoise Pirot, Jones Benally Family



Version imprimable de cet article Version imprimable

© Sogip - Crédits/légal | Plan du site | Contact | ISSN2260-1872